Quel type d isolant thermique en reno pour ne pas perdre en surface et sur des murs avec beaucoup de fenetres

Portrait de Marie-Laure C

Quel type d isolant thermique en reno pour ne pas perdre en surface et sur des murs avec beaucoup de fenetres

Bonjour

 

nous achetons une maison des années 60, celle ci est faite d apres le DPE de parpaing creux et de briques creuses , il n y a pas d isolant. nous souhaitons donc isoler avec un budget assez restreint car nous devons changer fenetres, refaire electricité etc. 

la maison a ete construite de facon a profite du soleil, la majorité des fenetres se trouve au sud/ouest, au nord, seulement 2 et la porte d entrée.

dans le sejour par ex, actuellement il y a 6.70 de longueur et dans cette longueur une fenetre de 3 m de large et une porte fenetre de 1.35, sous la fenetre des 3 m, radiateur en fonte de la meme longueur, nous avons peu  espace pour isoler, le mur actuelle est un placo recouvert d un crepi d interieur. nous ne pouvons pas perdre en surface, nous devons isoler les chambres qui sont deja petites et meme config que le sejour avec d immense fenetre et radiateur en fonte dessous.

comment pourrions nous proceder? quel isolant? nous ne sommes pas du tout connaisseur et n avons pas les moyens pour un pro.

un doublage polyurethane? nous aurions voulu coller sur l existant, mais avons peur que la maison de respire plus, meme si une VMC hygro va etre installée.

merci de vos conseils, j espere avoir ete claire, grosso modo, quel isolant thermique pour ne pas perdre en surface et en prenant en compte ce nombre enorme de fenetres et radiateur qui nous complique les chpses.

ps; apercu en photo

malo

Portrait de Denis Placo

Bonjour Marie-Laure,

Une règle qui restera valable quel que soit le système d’isolation que vous choisirez (doublage collé ou ossature métallique) : pour perdre le moins de place possible, choisissez un isolant à faible lambda (appelé aussi conductivité thermique) et ceci dans la plus forte épaisseur possible en fonction de vos contraintes (c’est une affaire de compromis) afin d’obtenir la plus forte résistance thermique R possible. Le lambda est « l’indice » de performance de l’isolant : plus il est petit (c’est un coefficient), plus le produit est « performant ». Un exemple simple pour illustrer tout ça : Prenez deux isolants en 100 mm d’épaisseur chacun avec un lambda respectivement de 32 et 40 (0.0.32 W/m.K pour les amateurs d’unité). Leur R respectif sera de 3.15m².K/W et 2.50. Plus le R est fort, plus le matériau est isolant et donc le premier (en lambda 32) est plus « isolant » que le deuxième. C’est, à la finale, le R qui est le juge de paix en isolation thermique et, plus il est élevé, plus le matériau est isolant. Première chose donc, viser le R le plus fort pour votre confort thermique et vos économies (d’énergie).

Ensuite, la solution choisie va dépendre de la structure des murs que je ne suis pas certain de bien comprendre (parpaing plus cloison plâtrière en brique) ou alternance parpaing et brique ? (Je pencherai plutôt pour la première solution) et du niveau de travaux que vous envisagez (faire tomber la contre cloison s’il y en a une) ou partir de l’existant . Si contre-cloison plâtrière, il peut être intéressant de faire tout tomber pour revenir au mur support et gagner ainsi quelques précieux cm pour isoler. Mur support ou parement existant, deux techniques : doublage avec ossature métallique (appuis et fourrures ou placostil) et doublage collé. Les deux sont compatibles avec l’existant, la VMC doit éviter tout désordre du à la condensation.

Le doublage collé est adapté sur des murs bien plans. Tout ce qui est réseau doit être posé coté chauffé de l’isolant en passant une bille chaude pour ménager le passage. Un aperçu de notre gamme à partir d’ici https://particuliers.placo.fr/les-produits/catalogue-produits?field_prod_categorie_tid=116

Comme l’électricité est à refaire, un doublage avec appuis et fourrures permettant une pose continue de l’isolant (meilleur efficacité de ce dernier) et le passage des gaines entre l’isolant et la plaque de plâtre est une solution intéressante à laquelle il faut réfléchir. Dans ce cas l’isolant peut être une laine minérale semi rigide à faible lambda (et donc performant au risque de me répéter) type GR 32 associé à une plaque de plâtre. Il en existe différentes sortes adaptées à tous les usages : hydro en salle de bains, phonique pour plus de calme dans une chambre, Habito® si on veut accrocher des objets lourds (meubles de cuisine par exemple), etc… un aperçu ici https://particuliers.placo.fr/les-produits/catalogue-produits?field_prod_categorie_tid=6

Réfléchissez à votre projet avant de changer vos fenêtres car il peut être intéressant d’adapter la tapée de ces dernières à la solution que vous aurez retenu et notamment l’épaisseur  d’isolant (sans oublier celle du parement).

Vous trouverez des informations complémentaires en naviguant sur le site côté particuliers (pas facile de tout vous dire en quelques mots et je suis resté assez généraliste dans ma réponse) et je reste bien évidemment à votre service et votre écoute si vous avez des questions.

Cordialement

Rejoignez la communauté

Posez vos questions, répondez à celles des autres membres et partagez vos expériences entre bricoleurs.

Se connecter Créer un compte